Actualités du mois

Ventes de fleurs par le Sou des écoles

Vendredi 27 avril de 16h30 à 19h place de la mairie et samedi 28 avril de 9h à 13h place de la mairie.

Lire la suite

Exposition à la bibliothèque

Du lundi 23 avril au 23 mai exposition "le jardin écologique"

Lire la suite

Tri séléctif mois d'avril

Prochain ramassage des bacs de tri sélectif mardi 3, lundi 16 et lundi 30 avril.

Lire la suite

Consultation gratuite d'avocat

En Mairie de MIRIBEL le 3ème mercredi du mois de 9h à 12h (hors vacances scolaires) Prochaine permanence le 16 mai 2018.

Lire la suite

Cinéma

Allégro Miribel Programme de mars: "Tout le monde debout" mercredi 04/04 à21h; "Chien" mercredi 11/04 à 21h; "Le grand méchant Renard" jeudi 12/04 à 14h30; "La belle et la Belle"…

Lire la suite

Sols'tisse

permanence le mercredi 25 avril de 17h30 à 18h30 place de l'Eglise.

Lire la suite

Chaque lundi, au-dessus de la salle St Exupéry chacun s'adonne à sa passion, demeurant fidèle à une technique ou se laissant aller à la découverte d'autre chose.
Il y a le choix entre huile, aquarelle, acrylique, pastel, dessin au trait. Nous faisons tous appel, à un moment ou un autre, à notre « professeur » Christiane Avril qui nous guide avec bienveillance de ses conseils pertinents et avisés.
Parfois nous faisons appel à des intervenants extérieurs plus spécialisés tant en aquarelle qu'en pastel par exemple qui nous guident pas à pas dans l'exécution d'un tableau. C'est pour nous un grand enrichissement.
A côté de ce travail en atelier, nous organisons des sorties découvertes dans les musées voisins.

Cours le lundi après-midi, salle St Exupéry, à l'étage.

Contact : Claudine SALOMON-GADIOLET 04.78.55.04.65.

INFORMATIONS :

Nous sommes en mars et les activités de Barbouille ont été riches en ce qui est encore un début d'année. Notre assemblée générale du 22 janvier a permis aux représentants  du conseil municipal de prendre connaissance du bilan 2017, de nos projets et de notre bonne santé financière grâce à une gestion rigoureuse de notre trésorière. Nous continuerons nos activités chaque lundi après-midi, aquarelle, huile, pastel, modelage... conférences et sorties. Notre C.A. s'est enrichi des entrées de Mesdames Seymarc et Rodolfo. Madame Lahlib étant démissionnaire, le bureau sera constitué ultérieurement.

Le musée Dini de Villefranche nous a accueillis le 26 janvier pour une visite guidée de l'exposition temporaire: «Effervescence», faisant une large part à la «belle époque», période de paix de 1884 à 1914. Les Beaux-Arts deviennent moins académiques après la royauté, et les salons se développent, les artistes vendent à la bourgeoisie qui sert de modèle. Apparaissent les scènes de genre et les paysages influencés par les impressionnistes. On peint des fleurs qui serviront de modèles aux soyeux. De nouveaux artistes exposent, l'art nouveau, le symbolisme naissent, on expose des sculptures et grâce à la «fée électricité», on s'affranchit de la lumière solaire, on expose en automne avec l'éclairage artificiel. On a deux salons par an, époque des Seurat, Signac, Matisse, Derain, du Fauvisme...Une fois encore, Dini nous a offert une exposition de qualité dans un cadre intimiste, à taille humaine.

Ce même jour, salle St Exupéry, face à une assistance nombreuse et attentive,  Monsieur Nicolas Bruno-Jacquet nous a fait voyager tout près de chez nous. Sa conférence: «Le site historique de Lyon, fabrication d'une ville et d'un paysage fluvial» nous a promenés sur Rhône et Saône, d'un pont à l'autre, ponts en bois à la construction longue (300ans pour celui de la Guillotière) puis ponts en pierres, métalliques, suspendus par des câbles, ponts en ciment, en béton et légères passerelles actuelles. Les ponts permettent la circulation, l'ouverture vers le monde, mais ne devaient pas rendre les invasions aisées.  Au XIIIème siècle on sortait de Lyon vers Genève par la Croix Rousse. Louis XIV dresse des fortifications, Bellecour est un ensemble de grandes propriétés privées à la campagne. La rue Mercière relie les deux ponts sur le Rhône et la Saône. Au XVIIIème siècle la ville regarde vers la campagne, on construit l'Hôtel-Dieu. Napoléon III nationalise les ponts pour aider le développement économique. On réalise des enrochements, les quais perdent leur destinée première et deviennent des parkings, le barrage de Pierre-Bénite remonte de 2 m le niveau de l'eau et il faut détruire des ponts pour permettre la navigation. Lyon peut s'enorgueillir de 34 ponts, beaucoup plus que Paris, le plus ancien étant le pont au change construit en 1070.

Avec Madame Martinet, début février nous avons mis les mains à la pâte pour deux séances de modelage. L'art est très éclectique.

Réservez votre fin de journée le 23 mars pour une nouvelle conférence, dans les mêmes conditions .Vous voyagerez aux sources de l'art roman, l'église romane lieu initiatique.

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience de navigation.
En continuant votre visite sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.